Notre engagement, ses raisons, ses principes

Forum réservé aux membres du MEI

Quelques associations actives en matière d'écologie

Adhérer par courrier ou directement sur internet

La crise écologique
un enjeu vital pour la planète

La pensée écologiste est née de la prise de conscience des menaces que les activités humaines font peser sur la planète.

L'explosion démographique, l’augmentation sans précédent des mobilités, l'accélération d'un progrès technique non maîtrisé constituent des défis inédits, dont l'enjeu est vital, puisque c'est la vie elle-même qui est menacée. L'épuisement des ressources, l'effondrement de la biodiversité, les concentrations humaines dans de vastes mégalopoles, ou l'accumulation de moyens de destruction massive, exigent la mobilisation sans retard de toute l'Humanité.

Dans les pays développés, le pouvoir d'achat se substitue peu à peu au pouvoir de vivre, tandis que dans les pays tiers, plus de 800 millions d'êtres humains survivent dans le dénuement absolu.

Au fond, la crise écologique est une crise relationnelle : entre l'Homme et la nature et l'Homme avec lui-même. Elle est environnementale, urbaine, sociale et culturelle. Elle concerne sans distinction tous les êtres humains, où qu'ils vivent et quel que soit leur niveau de développement, ou leur position sociale. Sa résolution conditionne la réponse à toutes les autres questions.

C'est ce défi sans précédent que l'Humanité se doit de relever, si elle veut vivre. Pour y parvenir, il est urgent d'agir sur les causes de cette crise afin de permettre à la planète, et à ceux qui y vivent, de recouvrer harmonie et équilibre.

Montagne Verte
La réponse est
politique et culturelle

La relation des communautés humaines avec leur territoire et la vie qui s'y développe, est le reflet d'une culture collective et d'une organisation sociale.
Dans un pays développé comme la France, les choix réalisés dans tous les domaines de la vie publique (agriculture, industrie, transports, énergie, urbanisme, travail,...) sont révélateurs d'un état d'esprit vis à vis de la planète. Ils sont décidés au nom de la collectivité dans les institutions issues du suffrage universel. C'est pourquoi, la réponse est nécessairement politique, au sens noble du mot : l'art de gérer la cité.
Mais, elle est aussi culturelle. C'est une vraie révolution des mentalités que ['Homme est invité à réaliser. Il s'agit pour lui :
♦ d'assumer sa responsabilité d'être pensant, car il est le seul de toutes les espèces à avoir la capacité à évaluer les conséquences de ses actes et à s’élever au-dessus de ses réflexes biologiques.
♦ de limiter volontairement son emprise sur le monde pour laisser une place aux autres formes vivantes, qu'elles soient animales ou végétales;
♦ de maîtriser les moyens considérables qui sont à sa disposition pour les rendre compatibles avec la vie
♦de fonder une économie consciente des limites de la planète, de son espace habitable et de ses ressources
♦ d’organiser une solidarité qui réunissent les femmes et les hommes de toute la Terre, pour assurer la sauvegarde de notre avenir commun.

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.