top of page

Le projet Européen des Ecologistes MEI

Dernière mise à jour : 30 avr.




Considérant que l’Union européenne garantit la paix depuis près de 80 ans dans un continent qui a connu trois guerres sanglantes en moins d’un siècle, considérant que les enjeux planétaires exigent un poids diplomatique et une mobilisation des énergies bien supérieure à celle de chacune des nations, les soussignés affirment leur adhésion à une Europe unie, capable de défendre les valeurs humaines issues de la culture judéo chrétienne et des Lumières.

 

Ils affirment leur attachement à une adhésion librement consentie, garantissant la souveraineté des nations et l’initiative des régions culturelles qui en sont le sel, dans le cadre d’une subsidiarité rigoureuse privilégiant les processus politiques du bas vers le haut.

 

Seule la proximité du pouvoir permet d’envisager la participation des citoyens aux processus de décision, mais seule la mise en cohérence par un échelon supérieur peut garantir des choix qui ne soient pas sous l’influence de groupes d’intérêt particulier.

 

 

  1. Une Politique Agricole Commune réformée

 

Nous faisons de l’autosuffisance alimentaire, condition de la souveraineté, une priorité s’imposant à tous les choix de production agricole et d’aménagement. Nous affirmons que le paysan est une composante essentielle de l’écosystème rural et qu’il ne peut être remplacé par des entreprises industrielles et financières. La PAC doit permettre aux paysans d’assumer leur double fonction : produire une alimentation de qualité, d’une part, et respecter les sols, l’eau, les paysages, la biodiversité, le bien-être animal, d’autre part, tout en leur garantissant un revenu décent non spéculatif.

 

  1. Pour une société sobre

 

Il ne peut y avoir d’avenir pour l’Humanité si elle persiste à consommer les ressources à un rythme effréné. Nous devons réussir une réorientation de nos sociétés occidentales vers une sobriété énergétique, foncière et matérielle. L’enjeu de l’Union est de permettre cette évolution alors que ses membres n’ont pas le même niveau de développement.

 

  1. Un mix énergétique durable et unifié

 

L’Union affirme une orientation, celle de décarboner la production d’énergie. Au-delà de cette incitation, chaque pays, voire chaque région, doit avoir l’initiative des moyens. Le nucléaire assure aujourd’hui à la France l’un des mix les plus décarboné. Les pays scandinaves jouent sur l’hydroélectricité, l’Islande sur la géothermie, la Bavière refuse l’éolien… ? Nous refusons le diktat européen qui prétend imposer les filières dictées par des groupes d’intérêt financiers et idéologiques.

 

Les énergies renouvelables ne sont pas d’emblée des énergies écologiques soutenables. Elles ne sont écologiques que lorsque leur effets sur les paysages, la forêt, la biodiversité, le bien-être des populations, le respect des volontés locales, sont respectées. L’union affirmera, dans ce contexte, les orientations minimales suivantes : pas d’aérogénérateurs industriels (appelés éoliennes) dans les sites Natura 2000, dans les zones protégées, dans les parcs naturels régionaux, dans les périmètres de protection des monuments historiques et des bâtiments classés, sur les axes identifiés de migration d’oiseaux ; la distance entre une éolienne et une habitation sera d’au moins 10 fois la hauteur du mât ; pas de parcs photovoltaïques dans les forêts et en substitution de cultures ; pas d’alimentation des méthaniseurs avec des produits agricoles.

 

e.      La préservation de la paix et de la démocratie

 

Le trop plein d’humain engendre un climat de violence planétaire, un climat appelé à se tendre encore sous l’influence des tragédies climatiques et des pénuries, stratégiques pour les uns (terres rares, pétrole), alimentaires pour d’autres (nourriture, eau). Les gens heureux ne font pas la guerre. Lorsque l’ambiance est au conflit, les drapeaux sont vite sortis : démocratie contre dictature, liberté contre société de contrôle, islamistes contre l’Occident… Face à ces menaces, l’Union a deux exigences : ne pas créer, par pure idéologie, de dissensions internes au sein de l’Union et dialoguer avec le reste du Monde sans jamais se soumettre aux intérêts américains. La paix se gagne en effaçant les causes de guerre mais aussi, il faut malheureusement le reconnaître, en assumant de se doter des moyens de se défendre. Oui, l’Europe doit définir une défense commune, non en créant son armée, mais en étant capable de coordonner les moyens industriels et militaires de chaque pays en cas de nécessité.

126 vues0 commentaire

Comments


Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

bottom of page